30 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Angola : accusé de fraude, le fils de l’ex-président à un pas de la prison

Le fils de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos a été accusé de fraude sur un transfert illégal présumé de 500 millions de dollars alors qu’il était en charge du fonds souverain du pays, ont indiqué les procureurs.

Jose Filomeno dos Santos est accusé de «fraude, détournement de fonds, blanchiment d’argent et association avec des criminels», a déclaré lundi le vice-procureur général Luis Benza Zanga lors d’une conférence de presse.

Surnommé « Zenu », Filomeno dos Santos a été nommé à la tête du fonds souverain de 5 milliards de dollars par son père en 2013, avant d’être limogé par le président Joao Lourenco, arrivé au pouvoir en janvier. L’ancien gouverneur de la Banque centrale, Valter Filipe da Silva, a été inculpé aux côtés de Filomeno dos Santos, a ajouté Zenga.

Le transfert suspect a été effectué à partir du compte du fonds auprès de la banque centrale vers une succursale londonienne du Credit Suisse, mais l’argent a ensuite été restitué à l’Angola.  Un juge a ordonné que les deux accusés soient libérés sous caution et forcés de remettre leurs passeports.

« Il n’y a pas de marge de manœuvre pour ce crime, même si l’argent a été retourné dans notre pays, nous mènerons cette enquête à son terme, il n’y aura pas d’excuses« , a déclaré Zenga.

La demi-sœur de Filomeno, Isabel dos Santos, a également été limogée de son poste de chef du géant pétrolier national Sonangol.

Les enquêteurs ont ouvert ce mois-ci une enquête sur des soupçons de détournement de fonds pendant son séjour à la tête de Sonangol. Pensée pour être la femme la plus riche d’Afrique, elle a nié toutes les allégations contre elle.

Dos Santos a refusé de se représenter à la présidentielle de l’année dernière après 38 années au pouvoir. Lourenco, un ancien ministre de la Défense, lui a succédé avec la promesse de sévir contre la corruption.

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Kémi Séba refuse le prix MIPAD

«Trop de récompenses pour une guerre qui n’est pourtant pas finie !». C’est en ces termes que l’activiste Kémi Séba, président d’Urgences Panafricanistes et symbole de la lutte ant-CFA, a résumé son refus de recevoir le prix Most Influential People of African Descent (MIPAD). « Notre peuple subit un génocide politique, culturel, économique et physique depuis […]

Laisser un commentaire