31 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Dialogue au Togo : une nouvelle feuille de route au programme

Les présidents du Ghana et de la Guinée, “facilitateurs” dans la crise qui secoue le Togo depuis neuf mois, vont travailler à établir une nouvelle feuille de route qui servira de base aux prochaines négociations entre le pouvoir et l’opposition, a indiqué samedi le président de la Commission de la Cédéao.

Des délégations de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et des présidents ghanéen Nana Akufo-Addo et guinéen Alpha Condé ont échangé samedi dans la capitale togolaise avec la coalition de l’opposition et le parti au pouvoir, après deux mois de suspension du dialogue.

“Nous avons eu des échanges avec les deux parties. L’objectif est de préparer les prochaines rencontres avec les deux chefs d’Etats facilitateurs. Après avoir écouté l’ensemble des parties, nous allons travailler sur un projet de feuille de route qui sera soumis aux deux chefs d‘États. Et c’est cette feuille de route qui va servir de base pour les discussions qui auront lieu avec les deux facilitateurs”, a déclaré à la presse Jean-Claude Brou, président de la Commission de la Cédéao.

« Nous avons surtout noté l’engagement des deux parties à œuvrer et à poursuivre le dialogue en vue d’arriver à un accord ».

Les échanges se sont déroulés à huis clos ; et les délégations de l’opposition et du pouvoir reçues séparément.

Depuis septembre, des dizaines de milliers de Togolais sont descendus à plusieurs reprises dans les rues à l’appel de la coalition de l’opposition pour demander l’application de la Constitution de 1992, qui implique une limitation à deux du nombre de mandats présidentiels.

Le président Faure Gnassingbé, qui a succédé à son père après 38 ans à la tête du pays, est au pouvoir depuis 2005 et a été réélu depuis dans des scrutins contestés par l’opposition.

Démarrées le 19 février, sous l‘égide du président ghanéen, les discussions ont été interrompues après trois séances de discussion (19 février, 23 février et 23 mars).

Les pourparlers achoppent sur la question du “retour à la Constitution de 1992”, c’est-à-dire autour de la candidature de Faure Gnassingbé en 2020.

La coalition de l’opposition a plusieurs fois martelé qu’elle n’accepterait “jamais que Faure Gnassingbé se représente” pour un quatrième mandat, à la présidentielle de 2020.

Le 14 avril, les chefs d’Etat ouest-africain ont demandé à la Commission de la Cédéao de “prendre toutes les dispositions pour apporter son appui aux présidents ghanéen et guinéen et de proposer des recommandations qui seront soumises au prochain sommet”.

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

L’AFRIQUE DU SUD PREND LA TÊTE DE LA COURSE AU « CHARBON PROPRE »

« Le charbon propre » est une pièce maîtresse de la politique énergétique de l’administration Trump pour relancer l’industrie, mais il y a des signes que les chercheurs ont devancé leurs homologues américains dans la course pour raffiner et commercialiser la technologie. Des expériences à la principale université de Johannesburg suggèrent que l’Afrique du Sud est en […]

LA COUR CONSTITUTIONNELLE PRÔNE LA DESTITUTION DE ZUMA

En Afrique du Sud, la cour constitutionnelle appelle le parlement à mettre en place un mécanisme pour destituer le président estimant que l’institution n’a pas pris les mesures nécessaires pour demander des comptes à Jacob Zuma. L’Assemblée nationale doit mettre en place un mécanisme pour destituer le président » Chris Jafta, Juge constitutionnel La plus haute […]

Laisser un commentaire