28 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Éthiopie-Égypte : conflit évité ?

Aucun développement ne vaut la fraternité ou les rapports de bon voisinage. Un précepte qui semble animer le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le Premier ministre éthiopien Haile Mariam Dessalegn.

À l’issue d’une entrevue au Caire, les deux dirigeants ont promis ce jeudi aux journalistes de ne pas sacrifier leurs relations séculaires sur l’autel des intérêts générés par le barrage sur le Nil bleu, principal affluent du Nil.

“Le bassin du Nil dispose de ressources et de capacités qui en font une source d’interconnexion, de construction et de développement, pas une source de conflit”, a déclaré al-Sisi aux journalistes après entretien avec son hôte. Même son de cloche du côté d’Addis-Abeba. « Nous devons nous assurer que cette grande rivière ne devienne jamais un objet de compétition, de méfiance ou de conflit », a rassuré Haile Mariam Dessalegn.

Nous devons nous assurer que cette grande rivière ne devienne jamais un objet de compétition, de méfiance ou de conflit

Dénommé « Grande renaissance éthiopienne », ce barrage dont les travaux sont exécutés à 63% est censé fournir 15 000 gigawatts. Ce qui en fera le plus d’Afrique.

Malheureusement, depuis son lancement, le projet alimente quelques discussions entre l‘Égypte et l‘Éthiopie. Si en effet le Caire redoute une baisse du débit du Nil, Addis-Abeba de son côté rassure son voisin qu’il n’y aura aucun impact écologique.

Mais, la rencontre d’aujourd’hui permis aux deux voisins d’accorder leurs violons.

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

VIDÉO Zoom Afrique du 30 mars 2018, Les Comores disent non à la France

Le bras de fer entre la France et les Comores s’intensifie : alors qu’un bateau devait accoster sur l’île d’Anjouan aux Comores avec, à son bord, une centaine d’immigrants clandestins, les autorités comoriennes ont renvoyé le bateau vers Mayotte. Au sommaire de ce Zoom Afrique : – Un bateau d’immigrants renvoyé vers Mayotte : le gouvernement […]

PROCÈS DE GDEIM IZIK AU MAROC: LA RÉPRESSION CONTINUE ?

Poursuivi pour violence et blessures contre les forces de l’ordre, Mohamed El Ayoubi, a écopé de 20 ans de prison. Vingt trois autres Sahraouis avaient été jugés en juillet dernier. La justice marocaine a condamné à 20 ans de prison ferme l’un des Sahraouis poursuivis pour des violences contre les forces de l’ordre en 2010 […]

Laisser un commentaire