31 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Google Maps : visitez le Système solaire sans bouger de chez vous

Aller plus loin, aller plus haut, Google vous le propose dans sa dernière mouture de Google Maps. Avant de pouvoir vous y rendre, découvrez 16 mondes différents de notre Système solaire, leurs plaines et leurs vallées, leurs couleurs et aussi, pour certains, leurs atmosphères, leur habitabilité.

Si vous avez envie de changer d’airGoogle propose depuis le 16 octobre via une mise à jour de son application internet Google Maps, de quitter la Terre et d’aller faire un tour dans le Système solaire. Au moyen de votre souris, vous pouvez en effet désormais survoler — zoomer et dézoomer — plusieurs mondes et aussi vous balader virtuellement dans la Station spatiale internationale (ISS) qui, elle, n’est qu’à 400 km au-dessus de nos têtes.

Outre notre belle Planète bleue, 15 mondes différents sont au programme de Google Maps. Vous pouvez ainsi vous transporter en un ou deux clics jusqu’aux trois planètes les plus proches, distantes de seulement quelques dizaines ou centaines de millions de kilomètres : MercureVénus (nue, sans son atmosphère) et Mars. Et même d’aller bien plus loin, afin de survoler deux planètes nainesCérès et Pluton, et plusieurs des nombreux satellites naturels des deux plus grandes planètes du Système solaire, Jupiter et Saturne. Sans oublier notre Lune.

Capture d’écran de Google Maps. Dans la barre à gauche, la liste des corps célestes que vous pouvez visiter virtuellement. Au centre : Io, satellite de Jupiter. © Google

Des mondes fascinants révélés par les sondes spatiales

Tous ces corps célestes, en orbite autour de planètes ou du Soleil, nous sont ici présentés reconstitués à partir des données transmises par diverses sondes spatiales qui les ont visité. Dans le cas de Cérès, par exemple, la planète naine la plus proche de nous — elle croise dans la ceinture d’astéroïdes —, c’est grâce à la mission Dawn, qui a aussi exploré le gros astéroïde Vesta, que nous pouvons admirer sa surface avec autant de détails. Bien que, de prime abord, elle fasse penser à la Lune, Cérès n’a pas la même structure interne et composition. La glace d’eau y est partout, affleurant jusqu’à la surface. Allez voir le cratère Occator : les taches blanches très brillantes en son centre témoignent de remontées de liquides après un impact.

Tous ces mondes sont fascinants. Si vous vous rendez jusqu’à Io, vous pourrez contempler ses paysages peints de soufre et de roches silicatées. Cette lune galiléenne de Jupiter a l’activité volcanique la plus intense du Système solaire ! Non loin de là, Europe. Sous sa surface gelée, un océan d’eau liquide. À l’instar d’Encelade autour de Saturne. Ces deux lunes sont potentiellement habitables.

Les sondes spatiales nous ont dévoilé ces mondes — et il en reste encore qui sont mal connus ou inexplorés — et bientôt, qui sait, pourrons-nous les admirer sur place.

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Cinéma : même « Titanic » n’a pas résisté à « Black Panther » au box-office nord-américain

Black Panther continue de faire tomber des records. Le premier film Marvel consacré à un super-héros noir se classe, mardi 10 avril, en troisième position des plus grosses recettes de l’histoire du box-office nord-américain. Il a rapporté 8,7 millions de dollars entre vendredi et dimanche, soit un total de 665,6 millions de dollars aux Etats-Unis […]

Next Einstein Forum : « L’Afrique est la Chine du futur », explique le physicien Vincent Rivasseau

Vincent Rivasseau, physicien et co-fondateur du centre AIMS (institut de mathématiques) au Sénégal, revient pour Sciences et Avenir sur son engagement pour les sciences en Afrique. Trois jours consacrés à l’Afrique des cerveaux : tel était le programme du Next Einstein Forum, qui se tenait à Kigali (Rwanda) du 26 au 28 mars 2018 et auquel assistait Sciences et Avenir. Au […]

Laisser un commentaire