30 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Guinée : les véhicules et le budget de Cellou « bloqués » par Alpha Condé ?

CONAKRY-Cellou Dalein Diallo, le Chef de l’opposition guinéenne a fait des révélations ce mardi 23 janvier 2018. Alors que son rival Sidya Touré l’accuse de toucher par ans le pactole de 5 milliards de l’Etat lui permettant de financer sa campagne, le leader de l’UFDG qui était l’invité chez nos confrères de la radio lynx Fm a apporté des précisions. L’opposant a également révélé que son budget est bloqué depuis quelque temps tandis que les véhicules qui étaient promis par le Gouvernement n’ont jamais été achetés. Il pointe un doigt accusateur sur le Président Alpha Condé.

« Le budget du chef de file de l’opposition n’est pas destiné à notre groupe parlementaire. Dans notre groupe parlementaire, il y a d’autres partis qui ne sont pas de l’UFDG. Vous avez M. Aboubacar Sylla de l’UFC, Mouctar Diallo de NFD, Jean Marc Téliano de RDIG. Le groupe parlementaire n’a pas de dotation de subvention. Je ne pense pas que celui du RPG bénéficie d’une dotation sauf la gestion calamiteuse de l’Assemblée. Il n’y a pas officiellement dans la loi une dotation pour les groupes parlementaires », a précisé l’opposant.

Sidya Touré le leader de l’UFR a dénoncé le week-end passé le fait que son groupe parlementaire ne bénéficie pas d’une assistance de l’Etat alors que l’UFDG et le RPG en bénéficient. Une « injustice » qu’il ne digère pas et promet de corriger à l’ouverture de la prochaine session de l’Assemblée. Mais pour Celllou Dalein Diallo, le problème du haut représentant du Chef de l’Etat est ailleurs.

« Le problème de Sidya c’est Cellou. Il n’arrive pas à digérer que je sois désigné chef de file de l’opposition. Ce n’est pas moi qui me suis désigné. Je n’ai jamais réclamé ça. C’est Monsieur Alpha Condé qui a pris l’initiative de créer le statut de chef de file de l’opposition. Il a fait introduire un projet de loi créant le statut du Chef de file. Dans cette loi on dit que c’est le leader du parti de l’opposition qui a le plus grand nombre de sièges l’Assemblée Nationale. Elle a pris une résolution visant premièrement les résultats des élections législatives (…) deuxièmement, le congrès de l’UFDG élisant Cellou Dalein Diallo président du parti. Donc, c’est la personne qui est chef de file de l’opposition, qui au rang protocolaire vient directement après les présidents des institutions républicaines, et qui a des avantages prévues. Cette loi a été votée à l’unanimité y compris par Sidya Touré qui était à l’époque à l’Assemblée », a rappelé Cellou Dalein Diallo.

Cette Loi n’a pas été appliquée en 2014, 2015, 2016, explique-t-il, jurant n’avoir jamais revendiqué. En 2017, poursuit-il, le gouvernement a décidé d’appliquer la Loi. C’est dans ce cadre, a-t-il mentionné qu’il a vu un budget de cinq milliards avec une notification du ministère du  budget indiquant que c’est un budget pour le fonctionnement du chef de file de l’opposition.

« Le montant on a tiré les trois 1ers trimestres. Je précise le montant doit être versé par tranche trimestrielle. Le dernier trimestre, on a tout fait, ils n’ont pas voulu verser. C’est comme si c’est suspendu. Il faut préciser que ce n’est pas une subvention au groupe parlementaire, ni à un parti. L’objectif c’est d’élever à une certaine dignité le principal opposant. Ça existe au Burkina, au Mali, le Sénégal vient d’adopter cette Loi. Ce n’est pas une subvention aux partis politiques. Cette subvention est prévue, on peut se mettre ensemble pour la réclamer. En ce moment chacun recevrait un montant au prorata de ses sièges à l’Assemblée », a expliqué l’ancien Premier ministre.

Cellou Dalein Diallo a révélé qu’il a réclamé à maintes reprises les deux véhicules qui devaient accompagner sa fonction en vain. « Le Gouvernement a dit qu’il veut m’acheter deux véhicules. Un véhicule de commandement et un véhicule d’escorte. On a m’a demandé d’envoyer les factures. Je les envoyés en précisant les caractéristiques ci-possible. Depuis le mois d’avril 2017 ces factures sont au ministère des finances, ce n’est pas acheté. J’ai réclamé plusieurs fois, mais il semble que M. Alpha Condé n’a pas donné encore l’autorisation. Parce que la loi n’est appliquée que lorsqu’il veut », a déploré l’opposant.

A suivre…

Avec Africaguinee.com

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Fonction publique : Alpha Condé confirme les recrutements frauduleux et le copinage dans l’éducation

En marge de la cérémonie de clôture de l’évènement culturel « Conakry, capitale mondiale du Livre », le président Alpha Condé a confirmé, hier dimanche à l’esplanade du palais du peuple de Conakry, les révélations faites par Guinéenews relatives au recrutement douteux sans concours dans l’éducation et à la fonction publique. «  Je vous dévoile quelque chose, monsieur le premier ministre, c’est choquant mais c’est la vérité. En 2012, nous avons fait un test de dictée de CE2. Sur 750 enseignants, nous avons mis vingt fautes. Je dis bien CE2. C’est-à-dire, pas CM1, CM2. Sur 750 enseignants de l’éducation nationale, 75% n’ont pas pu trouver les fautes. Sur les 75%, 25% également ont ajouté des fautes. Alors, comment voulez-vous enseigner des gens en vue de leur permettre d’avoir le certificat d’étude, quand vous n’êtes pas capables, vous-mêmes, de corriger les dictées de CE2. Il est temps que le peuple de […]

Laisser un commentaire