28 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

La compagnie Rusal relance le réseau ferroviaire Conakry-Fria

Après 4 ans d’arrêt, le réseau ferroviaire de l’usine Rusal-Friguia a été officiellement relancé par la compagnie Rusal dans le cadre de la relance des activités de cette unité industrielle située à 160 Km de la capitale Conakry.

Cette cérémonie de remise en marche du train sur les rails s’est déroulée au port autonome de Conakry sous la présidence d’honneur du ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba. Il avait à ses côtés, le ministre d’Etat chargé des investissements et des partenariats public-privé, Ibrahima Kassory Fofana et du Gouverneur de Conakry, le général Mathurin Bangoura.

Du côté de la Fédération de Russie et de la compagnie Rusal, on notait la présence de l’ambassadeur de la Russie en Guinée, Alexandre Bregadze, le Représentant de Rusal en Guinée, Pavel Vassiliev et du Directeur général de Rusal-Friguia, M. Félix Paliutine.

Dans son discours, l’ambassadeur de la Russie en Guinée, Alexandre Bregadze a justifié les motivations de la Fédération de Russie et de Rusal dans la réhabilitation du chemin de fer Conakry-Fria dont les intérêts sont très avantageux pour les deux pays, malgré l’arrêt des activités de cette usine par une grève jugée illégale par la direction de Rusal.

«Aujourd’hui, nous sommes contents d’assister à cette cérémonie qui marque la mise en marche du chemin de fer Conakry-Fria avec ce train minéralier. C’est un événement majeur parce qu’à partir de ce moment, on peut dire que l’achèvement du projet de l’usine Rusal-Friguia est sur les rails », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le diplomate russe a témoigne l’engagement de son pays à être dans les délais de redémarrage des activités de l’usine Rusal-Friguia, conformément aux accords signés entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue de la Guinée, le Pr. Alpha Condé.

« Nous espérons bien que les délais qui sont prévus pour la relance de ce projet qui concerne le démarrage des activités au sein de l’usine Rusal-Friguia se trouvent dans de bonnes mains et sur le bon chemin. C’est pourquoi, j’assure les autorités guinéennes que tout ira encore mieux comme avant ou plus. Une fois, Je bénis ce projet et je vous témoigne que ce projet va débuter au temps prévu et tout ira comme avant ou même encore mieux », a promis Alexandre Bregadze.

Pour sa part, le ministre d’Etat chargé des investissements et des partenariats public-privé, Ibrahima Kassory Fofana s’est réjoui de ce geste accompli par la Fédération de Russie et de la compagnie  Rusal qui, selon lui, constitue un jalon important pour la relance des activités pour le bonheur des habitants de la préfecture de Fria.

« Ce projet marque le retour de l’usine Rusal-Friguia dans l’industrie guinéenne. Je rappelle que ce patrimoine est la première usine d’alumine en terre africaine. Donc, tout un symbole pour nous. La cérémonie d’aujourd’hui marque un jalon important pour la reprise effective des activités de la compagnie. Ça veut dire tout simplement que la mise en marche de ce chemin de fer donne un espoir pour la livraison du chantier au mois d’avril », a-t-il indiqué.

Visiblement satisfait de la relance du chemin de fer Conakry-Fria, le ministre des Mines  et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba a magnifié les relations de coopération et de solidarité qui existent entre la Fédération de Russie et la République de Guinée qui se traduisent par des actions concrètes sur le terrain.

Il a également salué les efforts fournis par la compagnie Rusal pour la mise en marche de ce chemin de fer Conakry-Fria qui, vu les dégâts enregistrés par l’arrêt de l’usine, n’était pas imaginable.

« Techniquement parlant, faire redémarrer l’usine Rusal-Friguia était  une chose encore plus compliquée, ainsi qu’à faire rouler le train jusqu’à bon port. Ce premier essai est une étape importante, mais il y a encore du travail à faire. Nous avons visité l’usine il y a quelques mois, nous avons vu qu’il y avait du progrès à la hauteur de nos attentes ; et aujourd’hui, ils ont réalisé en un temps record le dégagement de la voie principale pour pouvoir acheminer les équipements à partir du port à travers cette locomotive jusqu’au à Fria », a renchéri le ministre des Mines et de la Géologie.

Quant au Directeur général de l’usine Rusal-Friguia, Felix Paliutine a réitéré  la volonté de son équipe à poursuivre sans répit dans les jours à venir, d’autres actions visant à amorcer la reprise effective des activités au sein de cette compagnie. Un projet  dont le président Vladimir Poutine et le présidant Alpha Condé tiennent à cœur suite à sa récente visite en Russie, un partenaire de la Guinée depuis les premières heures de son indépendance.

« Nous allons continuer à travailler avec les autorités guinéennes pour pouvoir dégager complètement l’emprise des rails de Fria à Conakry. Ceci répond à la volonté du président de la République pour une transformation locale des produits miniers. Le redémarrage de cette usine est une première étape et une étape importante dans l’atteinte de nos objectifs  », a indiqué M. Paliutine.

De son côté, le Gouverneur de la ville de Conakry, le général Mathurin Bangoura a rassuré les partenaires de la mise en place de toutes les dispositions au niveau des autorités, afin que les populations riveraines puissent libérer les emprises des rails pour la bonne circulation du train minéralier.

Avec africaguinee

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Facturation de l’EDG : voici ce que paie l’Etat par mois pour sa consommation

Qualifiée de Château de la sous-région, la Guinée peine à offrir constamment de l’électricité à sa population qui grandit au jour le jour. Une situation qui, selon les experts du secteur de l’énergie, s’explique non seulement par la période d’étiage qui s’annonce dès après la période hivernale et le non-paiement des factures d’électricité par les […]

Crises politico-ethniques en Guinée : au-delà des émotions légitimes, faire preuve de lucidité !

L’espace dédié ici est inapproprié pour aborder, à sa juste valeur, la question politico-ethnique qui prévaut en Guinée. Essayer néanmoins d’en esquisser les contours essentiels s’avère fondamental, au regard des proportions que tend à prendre le problème au sein de « l’opinion visible ». Les victimes des manifestations politiques du régime en place sont très majoritairement des […]

Laisser un commentaire