29 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

LA CÔTE D’IVOIRE, UN PAYS ÉMERGEANT EN AFRIQUE ?

L’édition 2017 des perspectives économiques régionales du Fonds monétaire international (FMI), publiées sous le titre : « Afrique subsaharienne, ajustement budgétaire et diversification économique », a été rendue publique ce mardi 19 décembre 2017, au 20ème étage de l’immeuble SCIAM. L’information majeure, c’est que la Côte d’Ivoire est classée, avec le Nigeria, le Sénégal, le Ghana, le Kenya, l’Angola, etc., parmi les pays pré-émergents de l’Afrique subsaharienne. Mais pour relever le défi de l’émergence, il reste beaucoup d’effort à faire, prévient le représentant résident du FMI, José Gijon, qui a fait la présentation du rapport. Il ressort que le ralentissement de l’activité économique qui a touché la majeure partie de l’Afrique subsaharienne s’attenue, mais la situation de la région reste fondamentalement difficile. « La croissance devrait passer de 1,4% en 2016 à 2,6% en 2017. (…) Elle devrait continuer de se redresser pour atteindre 3,4% en 2018 mais la dynamique est faible car en 2019, le taux de croissance projeté est nettement en dessous des tendances passées », indique le rapport. Beaucoup de pays connaissent une aggravation des vulnérabilités, notamment en ce qui concerne la dette publique qui dépassait 50% du PIB dans 22 pays à fin 2016. « Le service de la dette commence à peser lourdement, surtout pour les pays producteurs de pétrole, et il devrait absorber plus de 60% des recettes publiques en Angola, au Gabon et au Nigeria ». Mais la Côte d’Ivoire n’échappe pas, avec la forte baisse (40% au moins) des cours du cacao et les problèmes sociaux qu’elle a connus entre 2016 et 2017.

La question du ré-endettement massif

Sur la question épineuse du ré-endettement massif des Etats, José Gijon a rassuré que la Côte d’Ivoire ne courait pas ce risque car elle a une forte capacité de mobilisation des ressources propres qui lui a permis de surmonter les difficultés auxquelles son économie a été confrontée. « La Côte d’Ivoire a encore des marges pour augmenter les recettes fiscales d’au moins 20%3 », a indiqué le représentant résident du FMI, faisant remarquer que ce n’est pas mauvais de s’endetter si l’on peut disposer de ressources pour payer.

Pour faire face aux vulnérabilités, le FMI propose des ajustements budgétaires, la mise en œuvre des réformes structurelles, avec un accent sur la diversification des économies, la facilitation de l’accès au crédit, la construction d’infrastructures et la disponibilité d’une main d’œuvre qualifiée. Des chantiers déjà engagés par Abidjan, au dire du ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, qui a relevé que les perspectives économiques de la Côte d’Ivoire sont bien meilleures comparées à celles de l’Afrique prises dans sa globalité. Un taux de croissance de 8,3% en 2016 et une projection de 8,1% en 2017 qui matérialisent une performance qui s’explique par des mesures énergiques d’ajustements budgétaires prises par le gouvernement pour atténuer les effets néfastes des chocs externes et internes survenus en 2016 et en début 2017, notamment la chute brutale des cours du cacao et les revendications sociales des militaires. Pour les prochaines années, les perspectives sont bonnes, assure Adama Koné qui table sur une moyenne de 8% de croissance sur la période 2018-2020, avec une inflation maîtrisée autour de 2%. Le taux d’investissement devrait ressortir à environ 24% du PIB en moyenne sur la période 2018-2020, avec un taux d’investissement moyen du secteur privé de l’ordre de 17%.

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

L’Inde, 5e puissance économique mondiale dès 2018

L’économie indienne devrait se hisser dès 2018 à la 5e place mondiale et devancer ainsi ses homologues français et britannique  D’après cette même note de recherche publiée mardi 26 décembre par l’institut Centre for Economics and Business Research (Cebr), les Etats-Unis devraient quant à eux être dépassés par la Chine, qui prendrait ainsi la première, […]

Algérie-Maroc: menace de conflit sur le Sahara occidental ?

Le Maroc a annoncé, mercredi 2 mai, la rupture de ses relations diplomatiques avec l’Iran contre lequel il affirme détenir des « preuves irréfutables » d’avoir facilité un transfert d’armes du Hezbollah chiite pour le Front Polisario. Le Maroc n’a évidemment pas manqué d’accuser l’Algérie d’avoir joué un « rôle occulte dans cette action contre la sécurité nationale […]

Laisser un commentaire