28 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Les Ghanéens rejettent l’installation d’une “base militaire” américaine dans leur pays

Après les révélations sur la signature d’un accord sur l’implantation présumée d’une base militaire américaine au Ghana, les Ghanéens ont exprimé leur indignation face à l’accord qui doit encore être approuvé par le Parlement.

L’Institut ghanéen de gouvernance et de sécurité (GIGS) exhorte le Parlement et le gouvernement ghanéen à rejeter une proposition d’établissement d’une supposée base militaire américaine au Ghana mettant en garde contre de graves conséquences pour les Ghanéens et le pays dans son ensemble

Cette déclaration fait suite á l’envoie d’un document “secret” au parlement pour approbation la semaine dernière par le ministre de la Défense du Ghana, Dominic Nitiwul, a été publié mardi par les portails d’information locaux. Il a révélé que le gouvernement du Ghana a négocié avec les États-Unis au cours des huit derniers mois pour mettre en place des installations militaires dans le pays.

Selon le GIGS, l’implication de l’accord est que si autorisé à être adopté par le Parlement, pourrait mettre en danger la paix du pays.

“Nous voulons avertir le gouvernement que, cet accord portera atteinte à la sécurité nationale et à la souveraineté pour laquelle, s’il est compromis, sa répercussion sur le Ghana sera sévère au-delà des réparations”

L’accord accorde aux forces américaines et aux contractants un accès et une utilisation sans entrave des installations et zones convenues et le Ghana fournira gratuitement aux Etats-Unis toutes les installations et zones convenues, y compris celles qui sont utilisées conjointement par les forces des États-Unis et le Ghana. “

“Les forces et les entrepreneurs des États-Unis ne seront pas tenus de payer des taxes ou des frais similaires au Ghana dans le cadre du présent accord » et seront exemptés de toute inspection, licence, autres restrictions, droits de douane ou autres frais. Au Ghana “, indique l’accord de 12 pages qui, entre autres, autorise les Etats-Unis à utiliser librement les fréquences radio du Ghana.

“Le GIGS est consterné par la révélation de l’accord et se demande si le ministre de la Défense comprend les implications de l’accord qui a été approuvé par le Gouvernement du Ghana”, a déclaré son directeur exécutif, David Agbee dans un communiqué. “Nous avons malheureusement également pris note de la confirmation par le ministre de la Défense, Dominic Nitiwul de l’accord et de la note au Parlement pour sa ratification”, a-t-il déclaré.

L’accord n’a pas été bien reçu par le public ghanéen dans son ensemble, surtout après des années de déni de la part du gouvernement du Ghana et des Etats-Unis, selon lesquels il n’était pas prévu d’établir une base dans le pays.

Source : afroradar

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Marocains coincés en Libye : un rapatriement sous haute surveillance

L’opération de retour des Marocains coincés en Libye prend du temps. Les sécuritaires redoutent une infiltration de terroristes parmi les rapatriés. « C’est une opération qu’il faut mener avec prudence ». C’est ainsi que ce responsable sécuritaire décrit l’opération de rapatriement de centaines de Marocains coincés depuis plusieurs mois en Libye. Le ministère délégué chargé des Marocains […]

ON SAIT DÉSORMAIS COMBIEN D’EMPLOIS A CRÉÉS ALPHA CONDÉ

Voilà un chiffre que devraient assez vite reprendre Alpha Condé et sa garde rapprochée : selon la DIT, les «mesures économiques destinées sous ses mandats à « inverser la courbe du chômage »» ont, «de 2013 à 2017 […] directement enrichi la croissance d’environ 30 000 emplois». Si dans l’édition 2018 de son étude «Emploi, chômage, revenu […]

Laisser un commentaire