29 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Makanera répond au ministre de la communication : « Il faut être Rachid N’diye pour tenir ce genre de propos »

Le ministre guinéen de la communication était sur le plateau de TV5 hier mercredi, 28 mars 2018 pour parler de l’actualité sociopolitique guinéenne. A cette occasion, Rachid N’diaye a accusé l’opposition d’armer des personnes pour tuer ses propres militants. Une déclaration qui n’a pas laissé indifférent l’opposant Alhoussény Makanera Kaké. Ce dernier a contacté un reporter de Guineematin.com ce jeudi, 29 mars 2018, pour réagir à cette sortie du ministre.

Tout comme les autres responsables de l’opposition républicaine, Alhoussény Makanera Kaké a été déçu de la sortie du ministre de la communication, Rachid N’diaye, sur le plateau de TV5 mercredi. Le ministre a en effet déclaré à cette occasion, que l’opposition a armé un groupuscule pour tirer sur ses propres militants lors des manifestations de rue à Conakry. Des propos honteux pour un ministre selon l’opposant.

« C’est avec beaucoup de déception que j’ai suivi la prestation de notre ministre qui fait honte aux fonctions de ministre. Parce que si on peut mentir en politique, il y a quand même des limites. Mais, des mensonges comme ça, ça fait honte à toute la Guinée et surtout à ce gouvernement. Moi je pense qu’il faut être bête pour croire que l’opposition peut organiser des manifestations et en même temps armer ses militants pour qu’ils s’entretuent, il faut vraiment être bête pour croire à des choses comme ça. Dans le monde entier, il faut être Rachid N’diaye pour tenir ce genre de propos ».

Pour le président du parti FND, cette sortie médiatique du ministre de la communication démontre surtout « un manque de repères de la part du gouvernement actuel, qui ne sait même plus comment mentir ». Un gouvernement qui devrait tout simplement démissionner, estime Alhoussény Makanera Kaké : « Le gouvernement est chargé de sécuriser tous les guinéens. Même une femme qui a mis au monde un enfant, si elle veut tuer cet enfant, le gouvernement est obligé de protéger l’enfant et de mettre la femme à la disposition de la justice. Maintenant si aujourd’hui on est à 94 morts et c’est maintenant que le gouvernement se rappelle que c’est nous les opposants qui armons des groupuscules pour tuer nos propres militants, et nous sommes là tranquilles on continue à manifester, moi je pense qu’un gouvernement responsable qui constate cela devait démissionner. Parce qu’il faut être incapable pour dire, je connais quelqu’un qui tue d’autres guinéens mais ce dernier est en liberté », conclut l’opposant.

Source : Guineematin

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Damantang sur l’immigration: ‘’si vous travaillez pour toucher un salaire de misère, il est évident que vous chercherez à obtenir mieux ailleurs’’

Ouverture hier lundi 23 avril à Conakry d’un atelier de formation sur la sensibilisation et la protection sociale des migrants et la ratification des conventions 97 et 143. Ont pris part à cet atélier les intercentrales de la CNTG et de l’USTG. L’objectif vise à mettre fin àl’immigration irrégulière en améliorant les conditions de vie […]

Crises politico-ethniques en Guinée : Pistes pour sortir du système « gens d’en Haut » contre « gens d’en Bas »

Mon propos dans le texte précédent a consisté à recadrer le débat sur un volet souvent occulté, pourtant fondamental : la structuration de la société guinéenne en un Centre politique (les « gens d’en Haut »), autour duquel gravite un amas populaire fragmenté (« gens d’en Bas »). Le présent texte vient en complément au […]

Laisser un commentaire