28 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Next Einstein Forum : « L’Afrique est la Chine du futur », explique le physicien Vincent Rivasseau

Vincent Rivasseau, physicien et co-fondateur du centre AIMS (institut de mathématiques) au Sénégal, revient pour Sciences et Avenir sur son engagement pour les sciences en Afrique.

Trois jours consacrés à l’Afrique des cerveaux : tel était le programme du Next Einstein Forum, qui se tenait à Kigali (Rwanda) du 26 au 28 mars 2018 et auquel assistait Sciences et Avenir. Au programme, des présentations par des chercheurs africains de haut niveau, les meilleurs de leur génération. Mais les Français y étaient peu présents. Explications avec le physicien français Vincent Rivasseau, spécialiste de la gravité quantique mais également président de l’Association de promotion scientifique de l’Afrique (APSA), également co-fondateur du centre AIMS consacré aux sciences mathématiques, au Sénégal.

Où sont les Français au Next Einstein Forum ?

Notre pays reste toutefois peu présent parmi les sponsors du Next Einstein Forum, où l’on retrouve surtout les Allemands de la fondation Robert Bosch ou les Américains de la société Johnson & Johnson. On y retrouve toutefois l’expérience de réalité virtuelle Holo-Math, conçue à l’Institut Henri Poincarré (IHP) avec le soutien de Cédric Villani. “La France n’est pas assez présente sur le salon”, déplore le physicien Vincent Rivasseau.

OPPORTUNITES. “C’est dommage, car l’Afrique est avant tout un territoire d’opportunités. J’ai beaucoup d’étudiants africains qui me demandent s’ils pourront revenir faire de la recherche ici après avoir soutenu leur thèse en Europe”, raconte le physicien. “Alors que pour la recherche, l’Afrique est la Chine du futur ! La relation entre la France et l’Afrique est essentielle.” 

Des chercheurs français s’engagent pour l’Afrique

Alors comment faire pour nourrir ce lien et permettre à ces jeunes chercheurs, s’ils le souhaitent, de rentrer mener leurs recherches au pays ? « Avec l’APSA, nous réunissons régulièrement des chercheurs africains à l’IHP. Nous organisons également des concours innovants : celui de cette année est consacré au développement durable en Ethiopie. Nous souhaitons également mettre en place un programme de bourses. » Si peu d’organisations françaises se sont déplacées au Next Einstein Forum, quelques chercheurs français y étaient toutefois bien présents, lors de cette édition comme des précédentes. Cédric Villani y était par exemple présent lors de la précédente édition en 2016 au Sénégal. Il donne également des cours de mathématiques au centre AIMS de Kigali, créé au Rwanda en 2016.

Source : sciencesetavenir

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Cambridge Analytica ferme ses portes,au cœur du scandale Facebook

Cambridge Analytica, l’entreprise au centre d’une controverse sur l’utilisation abusive de données privées sur Facebook, ferme ses portes. Selon une déclaration sur son site Internet, Cambridge Analytica et sa filiale britannique, SCL Group, doivent être fermées. Il a également entamé des procédures d’insolvabilité aux États-Unis et au Royaume-Uni. Dans la déclaration, le cabinet a nié […]

RENCONTRE AVEC JEAN-MARC, VICE-PRÉSIDENT D’UN PETIT PARTI ET DISCUSSION SUR LA FRANCAFRIQUE

Jean-Marc, jeune activiste politique a récemment, avec d’autres adhérents, créé son parti politique. En 2017, en plus d’avoir rencontrer ses compatriotes, il a lutté pour la légalisation de son mouvement. L’occasion pour Guinée-Actu d’interroger le militant sur ses engagements et sa vision des relations France-Afrique. Bonjour monsieur Jean-Marc. Vous êtes vice-président d’un parti politique français naissant, […]

Laisser un commentaire