31 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Ouganda : le parlement ouvre le chemin à un prochain mandat pour Yoweri Museveni

Le  président ougandais Yoweri Museveni, l’un des dirigeants les plus anciens d’Afrique, a signé un projet de loi qui  supprime une limite d’âge présidentielle de 75 ans prévue par la constitution du pays. Cette signature permet au président de 73 ans de briguer un sixième mandat en 2021.

Don Wanyama, porte-parole de la présidence, a déclaré aux journalistes mardi que Museveni avait signé le projet de loi le 27 décembre. Le parlement ougandais a adopté le projet de loi le 20 décembre, avec 317 députés en faveur et 97 contre.

Museveni a abordé le projet de loi dans son discours de fin d’année dimanche, déclarant qu’il saluait les parlementaires qui l’avaient soutenu. Le Parlement «nous a permis d’éviter les chemins plus compliqués qui auraient été nécessaires, nous ne pouvons pas sous-cuisiner le destin de l’Afrique», a déclaré Museveni.

La Constitution ougandaise, promulguée en 1995, interdisait aux moins de 35 ans ou plus de 75 ans de servir comme président.

« Contre les vœux des Ougandais »

L’abolition de la limite d’âge présidentielle, cependant, a rencontré l’opposition généralisée des militants des droits civiques, des politiciens de l’opposition et des chefs religieux dans le pays.

À la fin du mois de septembre, les membres du parlement ont lancé des coups de poing et ont grimpé sur des bancs, lors d’une séance houleuse consacrée au projet de suppression des limites d’âge.

« Cette loi restera largement sans conséquence parce qu’elle a été votée contre la volonté de la majorité des Ougandais », a déclaré Crispy Kaheru, coordinateur de la Coalition des citoyens pour la démocratie électorale en Ouganda, une organisation parapluie pour la société civile ougandaise.

Kaheru a dit qu’il y aurait des défis à la fois légalement et « dans la cour de l’opinion publique … en fin de compte c’est la majorité des Ougandais qui auront leur dernier mot sur la façon dont ils souhaitent être gouvernés ». Museveni a dirigé l’Ouganda depuis 1986 quand il a pris le pouvoir du général Tito Okello en tant que chef d’une armée rebelle.

Président depuis 1996.

En 2005, il a fait modifier la constitution pour supprimer les limites de mandats, lui permettant de se présenter avec succès pour un troisième, quatrième et cinquième mandat consécutif.

Museveni a présidé un gouvernement souvent accusé de violations des droits humains contre la communauté LGBT, ainsi que des résidents du nord du pays où Joseph Kony et l’Armée de résistance du Seigneur, également accusés de violations graves des droits, ont mené une campagne armée depuis 1987.

L’Ouganda est devenu indépendant de la domination coloniale britannique en 1962. Le pays n’a pas connu de transition pacifique du pouvoir politique depuis.

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

LA COUR CONSTITUTIONNELLE PRÔNE LA DESTITUTION DE ZUMA

En Afrique du Sud, la cour constitutionnelle appelle le parlement à mettre en place un mécanisme pour destituer le président estimant que l’institution n’a pas pris les mesures nécessaires pour demander des comptes à Jacob Zuma. L’Assemblée nationale doit mettre en place un mécanisme pour destituer le président » Chris Jafta, Juge constitutionnel La plus haute […]

Laisser un commentaire