28 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Politique migratoire : l’écrivain Yann Moix accuse Emmanuel Macron «d’humilier la France»

Dans une tribune publiée le 21 janvier dans Libération, Yann Moix a vertement interpellé le président français sur sa politique migratoire, déplorant notamment les conditions dans lesquelles les migrants sont accueillis sur le territoire français.

«Monsieur le président de la République, chaque jour, vous humiliez la France en humiliant les exilés», tels sont les mots utilisés par Yann Moix en préambule de son adresse qui se veut une dénonciation de la politique migratoire d’Emanuel Macron. Dans cette tribune aux allures de pamphlet publiée sur Libération le 22 janvier, Yann Moix revient notamment sur la situation des migrants à Calais où il s’est rendu dans le cadre de la réalisation d’un documentaire.

« A Calais, des fonctionnaires de la République française frappent, gazent, caillassent, briment, humilient des adolescents, des jeunes femmes et des jeunes hommes dans la détresse et le dénuement »

Dans cette ville du Nord-de-Pas-Calais, l’écrivain accuse le chef de l’Etat de laisser «perpétrer des actes criminels envers les exilés». A Calais «des fonctionnaires de la République française frappent, gazent, caillassent, briment, humilient des adolescents, des jeunes femmes et des jeunes hommes dans la détresse et le dénuement», s’indigne-t-il. Pour appuyer sa charge contre le président de la République et les fonctionnaires de police, il affirme détenir des images d’actes qui relèvent selon lui de «la barbarie».

Plus loin, il enfonce encore le clou : «Vous avez ¬instauré à Calais, Monsieur le président, un protocole de la bavure. Quand une police agit aussi unie, pendant si longtemps, elle ne peut le faire sans se plier à un commandement. Est-ce bien vous, Monsieur le président, qui intimez aux policiers l’ordre de déclencher ces actions souillant la dignité de l’homme ? Vous y avez répondu vous-même : « Dans la République, les fonctionnaires appliquent la politique du gouvernement ».»

Le préfet du Pas-de-Calais n’a pas tardé à réagir aux accusations proférées par Yann Moix, en affirmant sur Twitter que «l’usage du gaz lacrymogène se fait dans le respect de la réglementation» pour «mettre fin aux tentatives d’intrusion sur la rocade, sur les sites du port et du tunnel sous la Manche et pour stopper les débordements et les rixes entre migrants».

Ne craignant guère d’être accusé de diffamation, le chroniqueur de l’émission «On n’est pas couché» conclut : «Vous pouvez porter plainte contre moi pour diffamation ; la postérité portera plainte contre vous pour infamie.»

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

«noir & pédé » : une Fête de la musique à l’Élysée [Vidéo]

Pour la première fois, la Fête de la musique était invitée au Palais de l’Élysée. Et quelle première ! Plusieurs artistes se sont succèdés dont le DJ Kiddy Smile, lequel portait un message particulièrement militant. Électro sans cravate Emmanuel Macron a donc choisi de faire « bouger les lignes » cette année. La cour de l’Élysée a alors […]

Laisser un commentaire