28 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Une intelligence artificielle autorisée à poser des diagnostics

L’Agence américaine du médicament vient d’autoriser pour la première fois une intelligence artificielle à poser un diagnostic sans être supervisée par un médecin.

La Food and Drug Administration, l’agence américaine du médicament, vient d’autoriser pour la première fois une intelligence artificielle à formuler un diagnostic. « Le IDx-DR est le premier système autorisé à la commercialisation qui fournit une décision de dépistage sans qu’un clinicien interprète aussi l’image ou les résultats, ce qui le rend utilisable par des professionnels de santé qui ne sont normalement pas impliqués dans les soins oculaires », a annoncé la FDA par communiqué. C’est la rétinopathie diabétique qui est ciblée par ce nouvel outil. Cette grave complication du diabète touche un patient diabétique sur deux. L’excès de sucre dans le sang caractéristique du diabète de type 2 tend à fragiliser la paroi des capillaires, ces micro-vaisseaux sanguins qui irriguent notamment la rétine. Une fragilité qui peut conduire à l’éclatement de ces vaisseaux rétiniens et progresser jusqu’à la cécité complète.

Détection précoce de la rétinopathie diabétique

Le système est un logiciel informatique qui utilise un algorithme d’intelligence artificielle pour analyser les images des yeux capturées par une caméra rétinienne. N’importe quel médecin ou professionnel de santé peut ensuite charger les images du patient dans un cloud où le IDx-DR va procéder à l’analyse. Le programme fournit alors au médecin deux options : soit le fond de l’œil révèle des anomalies, auquel cas IDx-DR recommande d’adresser le patient à un ophtalmologue ; soit l’analyse ne révèle pas d’anomalie, et l’examen peut être reproduit un an plus tard. « La détection précoce de la rétinopathie est une partie importante dans l’organisation des soins pour les millions de personnes atteintes de diabète. Pourtant, la plupart de ces patients n’est pas examinée comme il le faudrait pour la rétinopathie diabétique puisque 50% d’entre eux ne consultent pas leur ophtalmologue chaque année comme ils devraient », explique le Dr Malvina Eydelman, directrice de la division ophtalmique à la FDA. « La FDA continuera à faciliter la disponibilité de dispositifs de santé numériques sûrs et efficaces qui pourraient améliorer l’accès des patients aux soins de santé nécessaires », ajoute-t-elle. En l’occurrence, le dispositif voit juste 9 fois sur 10 selon les résultats d’un essai clinique conduit sur 900 patients et étudié par la FDA. Il pourrait permettre d’augmenter la proportion de patients se faisant dépister de cette affection.

Avec sciencesetavenir

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Next Einstein Forum : « L’Afrique est la Chine du futur », explique le physicien Vincent Rivasseau

Vincent Rivasseau, physicien et co-fondateur du centre AIMS (institut de mathématiques) au Sénégal, revient pour Sciences et Avenir sur son engagement pour les sciences en Afrique. Trois jours consacrés à l’Afrique des cerveaux : tel était le programme du Next Einstein Forum, qui se tenait à Kigali (Rwanda) du 26 au 28 mars 2018 et auquel assistait Sciences et Avenir. Au […]

Chute de la station spatiale chinoise Tiangong-1 : la fenêtre se resserre autour du 2 avril

La station spatiale chinoise Tiangong-1 est hors de contrôle et se dirige vers la Terre. Si les risques pour les populations humaines sont extrêmement réduites, sa trajectoire est suivie très attentivement par les autorités et la communauté scientifique. Mise à jour 31/03/2018  : d’après les derniers calculs de l’Agence spatiale européenne, la station devrait chuter aux […]

Laisser un commentaire