28 °C Capitale d’État-Zone Spéciale de Conakry, GN

Xénophobie : un nigérian brûlé vif en Afrique du Sud sous le regard passif des policiers

La communauté nigériane en Afrique du Sud a annoncé le meurtre de Clement Nwaogu, qui a été brûlé vif par une foule lors d’une attaque xénophobe à Rustenburg dans la province Nord-Ouest du pays.

Selon Habib Miller, secrétaire de l’Union des nigérians en Afrique du Sud, la victime, originaire de Njikoka à Anambra et tapissier en Afrique du Sud, avait été attaquée et tuée par une foule a rapporté Premium times.

M. Miller a déclaré que la victime avait été assassinée de sang-froid à cause de son accent et de son habitude, que les gangsters auraient jugés offensants.

« La foule est descendue sur lui comme un criminel avec toutes sortes d’armes en présence de policiers sud-africains. Des témoins oculaires disent que la victime a fait appel à la police pour intervenir et l’aider, mais ils ont fermé les yeux. Quand Nwaogu ne pouvait plus persévérer, il a couru pour vers les agents de sécurité; mais la foule l’a poursuivi et l’a attrapé, lui a versé de l’essence et l’a mis en feu » , a-t-il dit.

Miller a déclaré que la foule avait ensuite quitté M. Nwaogu quand ils pensaient qu’il était mort.

Le porte-parole a déclaré que peu de temps après que la foule ait quitté M. Nwaogu, certains passants ont appelé le personnel d’urgence, qui a ensuite emmené le corps carbonisé de la victime à l’hôpital.

« Les témoins oculaires sentant que la victime était encore en vie ont appelé à l’aide; malheureusement, Nwaogu n’a pas pu survivre à l’épreuve et est décédé à l’hôpital Job Shimankane de Rustenburg « , a-t-il dit.

Dans un autre développement, M. Miller a déclaré que 14 Nigérians, qui ont protesté contre l’assassinat d’un concitoyen dans la province du Nord-Ouest de ce pays en février, sont toujours en détention.

Selon M. Miller, des policiers avaient assassiné un nigérian de sang-froid le 17 décembre 2017 après avoir échoué à extorquer de l’argent à la victime. Ces policiers avaient depuis été libérés sous caution alors que ceux qui protestaient contre ce meurtre languissaient encore en détention.

« Notre équipe juridique fait tout son possible pour faciliter la libération des manifestants. Nous sommes inquiets que rien n’ait été fait par le gouvernement nigérian pour arrêter les massacres. Nous appelons une fois de plus la mission nigériane en Afrique du Sud à faire le nécessaire d’urgence parce que les choses deviennent incontrôlables. » a déclaré Habib Miller ( Publicity Secretary of the Nigeria Union in South Africa).

« Le syndicat avec son bureau juridique suivra l’affaire avec les institutions appropriées jusqu’à ce que la justice l’emporte », a-t-il ajouté.

Nwaogu était marié à une Sud-Africaine et a eu deux enfants; âgé de trois et cinq ans.

L’agence de presse du Nigeria (NAN) rappelle que le meurtre de Nwaogu fait suite à l’assassinat extrajudiciaire d’un autre Nigérian, ThankGod Okoro, 30 ans, par la brigade mobile de la police sud-africaine.

Okoro, originaire d’Ogbaku, dans la zone du gouvernement local d’Awugwu, à Enugu, a été abattu à Hambourg, dans le Florida West Rand, à Johannesburg, le 9 avril.

Les dossiers montrent que pas moins de 118 Nigérians ont été tués en Afrique du Sud depuis février 2016. (NAN)

Avec beninwebtv

Comments

comments

ça pourrait vous intéresser

Sénégal – Tuerie en Casamance : 16 personnes déférées

 16 personnes parmi les 22 qui avaient été interpellées le dimanche 14 janvier 2018 dans le cadre de l’enquête sur les 14 coupeurs de bois secs en Casamance, ont été déférées ce vendredi au parquet de Ziguinchor pour « assassinat et participation à un mouvement insurrectionnel« . Six autres personnes sans charges, qui faisaient partie des personnes interpellées par les forces défense et de […]

Laisser un commentaire